Bien-être & Santé

Perdre du poids avant d’entamer une FIV

Vous êtes en surpoids et en plus de devoir gérer l’annonce de l’infertilité et sa prise en charge, votre centre PMA vous conseille de perdre du poids avant de démarrer un protocole FIV ?
Pourquoi le surpoids a-t-il un impact sur votre fertilité ? Comment perdre du poids sans pression supplémentaire ? Nicolas, notre diététicien, vous donne quelques pistes pour mettre en place un régime sain et sans prise de tête.

Pourquoi le poids est-il important pour votre fertilité  ?

Le poids peut affecter les chances de reproduction d’un couple. Un changement important de poids, qu’il s’agisse d’une prise (IMC supérieur à 30) ou d’une perte de poids (IMC inférieur à 18), peut être la cause d’un problème d’infertilité aussi bien chez l’homme que chez les femmes. Le surpoids a un effet sur la production de l’hormone libératrice de Gonadotrophine (GnRH), hormone essentielle à l’ovulation, mais aussi à la production spermatique chez l’homme. Dans le cadre d’une Assistance médicale à la Procréation, les traitements employés peuvent être moins efficaces et les possibilités que l’embryon s’implante avec succès peuvent se voir réduites chez les femmes en surpoids. On estime que 12% des cas d’infertilité primaire sont liés à des problèmes de surpoids. Aussi, si vous commencez une grossesse avez un IMC supérieur à 25, les risques de complications pendant la grossesse pourraient être considérablement augmentés.
Quand Amélie a consulté la gynécologue de son centre AMP, elle ne s’attendait pas à ce que celle-ci lui parle de son surpoids. « Nous avons été orientés, mon mari et moi, vers le centre de Procréation médicalement assistée de ma région, car après deux ans d’essais, rien n’est venu naturellement. On a donc fait des tests et il se trouve que mon mari à une OATS sévère ; de mon côté, mes cycles sont irréguliers. Nous étions tout excités de ce premier RDV avec la gynécologue du centre, car enfin on allait trouver une oreille attentive et des solutions à notre problème d’infertilité. Mais au bout de 10 minutes d’entretien, le médecin a abordé le sujet de mon surpoids. Ça a été pour moi la douche froide, car je ne m’attendais pas à ce qu’on me demande de perdre entre 15 et 20 kg avant de programmer un traitement. Il était déjà difficile de se dire que pour concevoir un enfant il nous faudrait une aide extérieure, alors faire en plus un énième régime alimentaire et attendre encore et encore m’a complètement démoralisée. »

L’avis du Pro !


Contrairement à ce que disent les magazines, un diététicien sérieux n’a pas de solution universelle. Chaque personne est unique par son vécu, ses goûts alimentaires, son état physique et psychologique mais aussi par son objectif : c’est pourquoi chacun a besoin d’une alimentation définie pour lui et qui soit bien en accord avec son métabolisme.

Nicolas Diététicien-Nutritioniste.

Il a fallu quelques semaines à Amélie pour trouver du courage, puis elle s’est dirigée vers un diététicien libéral qui la suit depuis près d’un an. « Depuis mon adolescence, j’ai toujours été plus ou moins en surpoids. J’ai fait pas mal de régimes, certains ont fonctionné, mais dès que j’arrêtais, je reprenais mes kilos, voire plus. L’envie d’avoir un bébé était tellement forte, que je me suis ultra-motivée et sur les conseils d’une amie, je suis allée voir un diététicien qui m’a élaboré un programme de rééquilibrage alimentaire. En quelque sorte, on peut dire que j’ai réappris à manger ! Au départ, mon diététicien ne m’a pas fixé d’objectif pour voir comment mon corps allait réagir. Sans privation, j’ai perdu un peu plus de 7kg en 3 semaines. Au fur et à mesure des rendez-vous, on s’est fixé des petits objectifs, sans pression, on a travaillé sur mes compulsions alimentaires et en 5 mois, mon objectif était atteint : -18kg ! Je suis repartie voir fièrement ma gynécologue qui m’a félicitée et nous avons pu commencer un protocole le cycle suivant. Quand nous avons commencé la FIV ICSI, j’ai continué à voir mon diététicien pour éviter que les vieux démons ne reviennent, mais aussi pour me rassurer. Résultat, je suis enceinte de 29 semaines, tout va très bien et même si ma prise de poids reste très surveillée je suis extrêmement fière d’avoir réussi à mener de front deux combats pour un si joli résultat ! »

 

Amélie, quels conseils donneriez-vous à nos lectrices ?

« Déjà, de ne pas essayer de faire un régime tout seul, car c’est compliqué et au final ça fonctionne rarement. On ne va pas se mentir, il y a des moments plus compliqués que d’autres, je me suis découragée plus d’une fois, car j’avais l’impression que les choses n’avançaient pas, puis le moral revient plus vite qu’on ne l’imagine, car l’envie d’avoir un enfant nous fait pousser des ailes. Je pense qu’une fois qu’on a entamé cette démarche avec un diététicien, il ne faut pas lâcher dès que l’objectif est atteint, je trouve que c’est important de se faire suivre pendant les protocoles FIV et même après lorsqu’il y a grossesse. Bon courage à toutes celles qui doivent se battre pour devenir maman. »

· Savez-vous qu’une perte de poids, même modeste, augmente de façon significative les chances d’avoir un enfant ?
Tant pour les résultats des traitements d’infertilité que pour les chances de concevoir spontanément. Des études démontrent que si votre indice de masse corporel (IMC) descend en dessous de 30, vous favorisez de 30% vos possibilités de grossesse (pour exemple : un IMC de 30 correspond à 80 kg pour 1,60 m – 90 kg pour 1,70)
· Perdre du poids n’est pas facile, surtout sans aide extérieure.N’hésitez donc pas à faire appel à un diététicien-nutritionniste. Pour la lutte contre les compulsions alimentaires, l’aide psychologique et l’activité physique peuvent vous aider.

Acupuncture, infertilité et PMA

 

Tags
Voir la suite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Centre de préférences de confidentialité

    Généralités

    Durée de conservation des cookies
    Conformément aux recommandations de la CNIL, la durée maximale de conservation des cookies est de 13 mois au maximum après leur premier dépôt dans le terminal de l'Utilisateur, tout comme la durée de la validité du consentement de l’Utilisateur à l’utilisation de ces cookies. La durée de vie des cookies n’est pas prolongée à chaque visite. Le consentement de l’Utilisateur devra donc être renouvelé à l'issue de ce délai.

    Finalité cookies
    Les cookies peuvent être utilisés pour des fins statistiques notamment pour optimiser les services rendus à l'Utilisateur, à partir du traitement des informations concernant la fréquence d'accès, la personnalisation des pages ainsi que les opérations réalisées et les informations consultées.
    Vous êtes informé que l'Éditeur est susceptible de déposer des cookies sur votre terminal. Le cookie enregistre des informations relatives à la navigation sur le service (les pages que vous avez consultées, la date et l'heure de la consultation...) que nous pourrons lire lors de vos visites ultérieures.

    Droit de l'Utilisateur de refuser les cookies, la désactivation entraînant un fonctionnement dégradé du service 
    Vous reconnaissez avoir été informé que l'Éditeur peut avoir recours à des cookies, et l'y autorisez. Si vous ne souhaitez pas que des cookies soient utilisés sur votre terminal, la plupart des navigateurs vous permettent de désactiver les cookies en passant par les options de réglage. Toutefois, vous êtes informé que certains services sont susceptibles de ne plus fonctionner correctement.

    Association possible des cookies avec des données personnelles pour permettre le fonctionnement du service 
    L'Éditeur peut être amenée à recueillir des informations de navigation via l'utilisation de cookies.

    Advertising

    Analytics

    Other

    Close