Infertilité & PMALes causes d'infertilité

Infertilité masculine, les causes principales

La fertilité masculine peut être affectée par de multiples facteurs : l’âge de l’homme, les maladies génétiques, diverses pathologies générales ou leurs traitements, l’exposition à certains produits toxiques, traumatismes, facteurs environnementaux et parfois psychologiques… Aujourd’hui, 15 % des couples en âge de procréer consultent pour un problème d’infertilité. Il est à noter que l’infertilité est souvent d’origine mixte, résultant d’une hypofertilité de la femme associée à une hypofertilité de l’homme.

Insuffisances spermatiques :

Grâce à un examen précis appelé spermogramme, il est possible d’étudier la consistance du sperme en procédant à la numération des spermatozoïdes et en observant leur mobilité, leur durée de vie et leur morphologie. Selon les résultats, on peut mettre en évidence :

  • Une azoospermie : absence complète de spermatozoïdes dans l’éjaculât ;
  • Une oligospermie : nombre de spermatozoïdes inférieur à 30 millions/ml ;
  • Une asthénospermie : la mobilité des spermatozoïdes est insuffisante ;
  • Une tératospermie : le nombre de spermatozoïdes anormaux est trop important.
  • Lorsque ces trois dernières causes se cumulent, on parle d’oligoasthénotératospermie.

Dans 25 % des cas, les insuffisances spermatiques restent inexpliquées.

Les causes « mécaniques » ou malformations

L’éjaculation rétrograde peut aussi être une cause d’infertilité, elle se produit lorsque les muscles de la paroi de la vessie ne fonctionnent pas correctement, c’est une éjaculation, qui au lieu d’aller à l’extérieur, remonte vers l’arrière dans la vessie. Les signes peuvent être associés à une urine trouble après l’éjaculation.

Les varicocèles représentent une dilatation des varices des veines du cordon spermatique. Ces veines dilatées sont présentes chez 16% des hommes, mais sont plus fréquentes chez les hommes infertiles de l’ordre de 40%. Compromettant le développement des spermatozoïdes en empêchant le bon écoulement de sang, les varicocèles sont facilement accessibles à l’examen physique. C’est la cause la plus courante de l’infertilité masculine.

Il peut également arriver que les testicules ne descendent pas dans les bourses et restent à l’intérieur du corps. Comme il y fait trop chaud (37 °C), la production des spermatozoïdes ne peut avoir lieu puisque la température propice à cette opération se situe autour de 33°C.

Autre exemple, certains hommes sont nés avec une obstruction des tubes ou des canaux éjaculateurs qui transportent les spermatozoïdes.

Un trouble hormonal

Parmi les troubles hormonaux, une insuffisance de testostérone, caractérisée entre autres par une faible pilosité ou une accumulation de graisse au niveau des cuisses, peut également diminuer la fertilité.

Les maladies génétiques

Certaines maladies génétiques et troubles héréditaires comme la mucoviscidose, la maladie polykystique des reins peuvent altérer la fertilité masculine. Le syndrome de Klinefelter est un exemple de trouble chromosomique qui se caractérise chez l’homme par un chromosome sexuel X supplémentaire. L’individu présente alors deux chromosomes X et un chromosome Y, soit 47 chromosomes au lieu de 46. L’individu est alors de caractère masculin, mais infertile.

Des causes infectieuses

Les infections urinaires peuvent affecter la fertilité comme la prostatite (inflammation de la prostate), l’orchite (inflammation des testicules) et l’urétrite (inflammation de l’urètre). Même après un traitement antibiotique, les infections des testicules peuvent laisser du tissu cicatriciel qui bloque l’épididyme. Une infection, comme les oreillons, peut aussi endommager les canaux où passe le sperme.

Le mode de vie

Le stress peut interférer avec certaines hormones impliquées dans la production de spermatozoïdes
Le tabagisme et l’abus d’alcool peuvent également affecter la qualité des spermatozoïdes
L’obésité peut créer un déséquilibre hormonal et nuire à la fertilité
L’utilisation de stéroïdes anabolisants ou certains médicaments peuvent réduire la production de spermatozoïdes
Les drogues comme la cocaïne ou la marijuana peuvent réduire temporairement le nombre et la qualité des spermatozoïdes et les composés chimiques de certaines drogues peuvent nuire à la qualité des spermatozoïdes et inhiber leur capacité à pénétrer l’ovule.

Les maladies sexuellement transmissibles

Les infections répétées de Trachomatis de chlamydia ou la gonorrhée, des maladies sexuellement transmissibles, sont plus souvent associées à l’infertilité masculine. Ces infections peuvent provoquer des cicatrices et bloquer le passage des spermatozoïdes. Les papillomavirus humains qui provoquent des verrues génitales peuvent aussi altérer la fonction des spermatozoïdes.

À qui m’adresser ?

Il est raisonnable de consulter après une période de 18 mois de rapports sexuels réguliers sans grossesse. Dans les faits, tout dépend de votre âge et de vos antécédents. Pour un jeune couple sans risque connu, la « règle des 18 mois » peut s’appliquer. Pour un couple plus âgé, ou ayant un passé gynécologique laissant supposer de possibles problèmes de fertilité, mieux vaut ne pas trop tarder pour consulter. L’interlocuteur privilégié reste votre médecin traitant qui peut également vous orienter vers un confrère gynécologue, andrologue, endocrinologue, urologue, généticien, psychologue ou un professionnel diplômé en sexologie.

Seul un professionnel de la santé est apte à vous fournir un avis médical, quelle que soit votre condition et après vous avoir examiné, en vous assurant personnellement de soins consciencieux, dévoués et fondés sur les données acquises de la science et en faisant appel, s’il y a lieu, à l’aide de tiers compétents.

 

Tags
Voir la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close